Vol 3 No 9 (2018): IJRDO - Journal of Social Science and Humanities Research | ISSN: 2456-2971
Articles

La transhumance politique, un mode d’action politique et un virus dans le processus démocratique en Province Orientale (RDC)

Matthieu Mamiki Ke’Bongo-Bongo
Enseignant et Chercheur Département de Sciences politiques et administratives, Université de Kisangani (RDC)
Published September 30, 2018
Keywords
  • démocratie représentative,
  • élite politique,
  • espace politique,
  • , Province Orientale,
  • transhumance politique.
How to Cite
Ke’Bongo-Bongo, M. M. (2018). La transhumance politique, un mode d’action politique et un virus dans le processus démocratique en Province Orientale (RDC). IJRDO - Journal of Social Science and Humanities Research (ISSN: 2456-2971), 3(9), 24-55. Retrieved from https://ijrdo.org/index.php/sshr/article/view/2241

Abstract

La réouverture de l’espace politique congolais au processus démocratique, en 1990, a entraîné diverses pratiques formelles et informelles d’émergence et/ou de maintien au pouvoir des élites politiques. Parmi les pratiques informelles, se trouve la transhumance politique prohibée par la Constitution congolaise (Article110 de la Constitution de 2006 telle qu’amendée).  Etant donné la majorité des acteurs politiques y recourt pour accéder ou se maintenir au pouvoir, il est intéressant d’en comprendre les facteurs, les formes et les ordres.  Pour analyser ce phénomène politique, 105 acteurs politiques formant l’échantillon de l’étude ont été suivis dans leur comportement politique ; les observations ont couvert 10 années, allant de 1990 à 2016. Outre l’observation désengagée, la technique documentaire a permis de recueillir des informations disponibles sous la forme écrite tandis que l’entretien semi-direct avec 20 personnes-ressources de compléter celles-ci. D’une façon générale, les données ont été traitées sur la base des exigences de l’analyse de contenu et de la statistique. L’étude démontre donc que le phénomène de transhumance en politique fonctionne comme un virus qui circule dans le corps membraneux des élites sans que celles-ci s’en rendent compte. Dans la Province Orientale démembrée, la transhumance, en tant que virus, contamine tout le monde et alimente paradoxalement le processus démocratique à travers le repositionnement des acteurs et la restructuration de l’espace politique, bien que n’induisant pas le renouvellement de la gouvernance. Quoiqu’elle opacifie le processus démocratique et retarde l’institutionnalisation du jeu politique, la transhumance politique est devenue à la fois un mode de survie des élites politiques et de la démocratie.

 

Downloads

Download data is not yet available.

References

Agbumana Motingia, D. (2008). , Dictionnaire Biographique des Cadres. De l’Etat Indépendant du Congo, Congo-Belge, Congo Indépendant. Kinshasa, Médiaspaul.
Akindès, F.(1996). Les mirages de la démocratie en Afrique subsaharienne francophone, Paris, Karthala.
Artigue, P. (1961). Qui sont les leaders congolais ? Bruxelles, Ed. Europe-Afrique.
Auge, A.-E. (2000). « Brèves remarques sur le faible renouvellement des élites gouvernementales au Gabon », Politique et Sécurité Internationales, n° 5 printemps, pp.15-25.
Auge, A.-E. (2005.) Le recrutement des élites politiques en Afrique subsaharienne, Une sociologie du pouvoir au Gabon, Paris, L'Harmattan.
Auge, A.-E. (2007)., « Les solidarités des élites politiques au Gabon : entre logique ethno-communautaire et réseaux sociaux », Cahiers internationaux de sociologie, 2, n° 123, pp. 245-268.
Badie, B. (1988). Le développement politique, Paris, Economica.
Badie, B. (1992). L’Etat importé. L’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard.
Badie, B. et Hermet, G. (2001). La politique comparée, Paris, Armand Colin.
Bakary, T.. (1990). Les élites africaines au pouvoir : problématique, méthodologie, état des travaux, Talence, CEAN.
Banégas, R. (2003). La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala - CERI.
Bayart, J.-F. (1974),, « Les catégories dirigeantes au Cameroun », Revue française d’études politiques africaines, n° 9, septembre, pp. 66-90.
Bayart, J.-F. (1989). L’Etat en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard.
Bayart, J.-F. et alii (1992). Le politique par le bas en Afrique : contribution à une problématique de la démocratie, Paris, Karthala.
Bemba JP.(2005), Le choix de la liberté, Gbadolite(RDC), Venus.
Biaya, T. K. (1998). Quelle démocratie pour l’Afrique ? Réflexions sur ses possibilités et ses caractéristiques, Dakar, CODESRIA,
Birnbaum, P. (1984). « Type d’élite et nature de l’Etat : l’exemple américain », Pouvoirs, n°29, pp. 121-128.
Birnbaum, P.(1994). Les sommets de l’Etat, Essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Seuil.
Blanchet, G. (1983). Élites et changements en Afrique et au Sénégal, Paris, ORSTOM.
Blondel, J. (2003). « L’analyse politique comparée et l’institutionnalisation des partis », in Revue Internationale de Politique Comparée, Vol. 10, n°2, pp. 247-264.
Bongeli Yeikelo Ya Ato. (2008). D’un Etat-bébé à un Etat congolais responsable, Paris, L’Harmattan.
Boshab, E.,(2001) République Démocratique du Congo : Entre les colombes et les faucons. Où vont les partis politiques ?, Kinshasa, Presses Universitaires du Congo.
Boukari, B. (2008). ‘‘La prohibition de la « transhumance politique » des parlementaires. Etude de cas africains’’, Revue française de droit constitutionnel, n°75.
Bourmaud, D. (1997). La politique en Afrique, Paris, Montchrestien.
Braud, P. (2006). Sociologie politique, Paris, LGDI.
Crozier, M., et Friedberg, E. (1977). L’acteur et le système, Paris, Seuil.
D’Orfeull, H. R. (1987). Coopérer autrement, l’engagement des ONG aujourd’hui, Paris, L’Harmattan.
Dabène, O. et al. (dir.). (2008). Autoritarismes démocratiques. Démocraties autoritaires au XXIe siècle, collection « Recherches », Paris, La Découverte.
Daloz, J.-P., (dir.). (1999), Le (non-)renouvellement des élites en Afrique subsaharienne, Talence, CEAN.
De Certeau, M. (1974). La culture au pluriel, Paris, UGE.
De Quirini, P. (1994). Explique-moi la démocratie, vivre aujourd’hui, Limete, Kinshasa, Epiphanie.
De Villers, G. (2016). Histoire du politique au Congo Kinshasa. Les concepts à l’épreuve, Louvain-la-Neuve, Academia- L’Harmattan.
Duverger, M. (1973). Les partis politiques, Paris, Armand Colin.
Esiso Asia-Amani, F. (2012). Manuel de recherche en sciences sociales, Kisangani, IRSA/PUK.
Gaetner, G. (2007). L’Art de retourner sa veste. La trahison en Politique, Paris, éditions du Rocher.
Loka-ne-Kongo,(2001) Lutte de libération et piège de l’illusion… Multipartisme intégral et dérive de l’Opposition au Zaïre (1990–1997), Kinshasa, Presses Universitaires du Congo.
Maindo Monga Ngonga A.,(dir.). (2007). Des conflits locaux à la guerre régionale en Afrique Centrale. Le Congo-Kinshasa Oriental 1996-2007, Paris, L’Harmattan.
Maindo Monga Ngonga, A. (2001), « Voter en temps de guerre Kisangani (RD-Congo) 1997. Quête de légitimité et (con) quête de l’espace politique », Paris, L’Harmattan.
Mawanzi Manzenza Th.,(2018), Les dérives de l’Etat postcolonial en République démocratique du Congo, Paris, L’Harmattan.
Mova Sakanyi, H.(2006), Les Profanateurs du 30 juin, Réflexion sur une classe politique à l’agonie, Kinshasa, Edition Safari.
Ndaywel è Nziem, I. (1998). Histoire générale du Congo. De l’héritage ancien à la République Démocratique, Paris, Duculot.
Ngbanda Nzambo, H. (2004). Crimes organisés en Afrique centrale. Révélations sur les réseaux rwandais et occidentaux, Paris, Duboiris.
Omasombo Tshonda J. (dir.).(2014). Bas-Uélé. Pouvoirs locaux et économie agricole : héritages d’un passé brouillé, Tervuren, MRAC.
Omasombo Tshonda, J. etKennes, E. (2006), Bibliographies des acteurs de la Transition (Juin 2003-Juin 2006), CEP Kinshasa, Musée Royal de L’Afrique centrale Tervuren, Belgique, CERDAC, Lubumbashi.
République Démocratique du Congo (2015), Rapport bilan OMD 2000-2015- Evaluation des progrès accomplis par la République Démocratique du Congo dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, Kinshasa, Ministère du plan(RDC).
Toengaho Lokundo. F.(2008). Les constitutions de la République Démocratique du Congo. De Joseph Kasa Vubu à Joseph Kabila, Kinshasa, PUC.